Archives de catégorie : Un thérapeute dans la presse

Amour : existes-tu ?

Share Button

Interview sur le Webzine Les Élégantes

“Le grand amour  fait vrombir le cœur, vibrer l’esprit et ouvre les portes du Bonheur. Aussi, combien le cherche ! Cependant, nombreux, nombreuses y ont glissé une idée,  une conception, ou encore un mythe, et lorsque tout cela se confronte avec la réalité…que de désillusions !

Enquête, en quête du Grand Amour avec Géraldyne Prevot-Gigant, psychopraticienne.

image1Comment définiriez-vous l’amour ? Et  le grand Amour ?
Le grand amour est un terme mystifié. De nombreuses  personnes y glissent leur aspiration : « Ah ce fabuleux amour que nous n’avons pas vécu, mais qui serait mieux que celui que nous avons vécu, qui durerait longtemps,qui serait si différent… » Oui, beaucoup de sublimationsse greffent autour de ce terme.
D’une façon beaucoup plus réaliste,  sachez qu’il existe des personnes qui vivront le grand amour rapidement, et d’autres qui devront atteindre une maturité. En effet, il s’avère imporant de savoir ce que l’on veut et l’expérimenter. A cela s’ajoute le fait qu’un travail sur soi est impératif. Comment trouver le grand amour, si l’on ne se connait pas ?
Nous sommes les acteurs  de notre vie amoureuse :  nous contribuons à rencontrer ou pas le grand amour, et à le transformer ou non en grand amour.
N’oubliez pas :  tout au long de la vie nous apprenons à aimer et à être aimé. Il existe un processus de découverte, d’apprentissage de l’amour lié à qui nous sommes, ce que la vie nous a enseigné.
En tout cas, un basique demeure : le grand amour n’est pas celui qui comble nos attentes, cette demande étant infantile. Et c’est parce qu’un travail sur soi s’est effectué, qu’une compréhension s’opère pour ce qui est des besoins d’enfant, des blessures et bien sûr, de leur guérison.

Notre société donne –t-elle envie d’aimer, d’une part, et de connaître le grand Amour d’autre part ? Pourquoi ?
Oui, c’est une question que l’on peut se poser. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui ont une vision amère de l’existence et du cheminement amoureux. Je les appelle  les désabusés de l’amour. Il y a au fond d’eux cet absence d’espoir. Sans doute est-ce là notre société de consommation qui entraîne de nouveaux modes relationnels.

Pensez-vous que les sites de rencontres y contribuent ?
Les situations répétitives que vivent certaines personnes via ces sites peuvent conduire à saper l’estime que l’on a de soi…Et il est ensuite aisé de tomber dans un cercle vicieux dont l’espoir ne fait, hélas, pas parti.

D’ailleurs, existe-t-il réellement ?
Oui, il existe ! C’est le moteur de l’humanité. Nous avons un besoin physique, émotionnel, philosophique d »aimer et d’être aimé.

Alors, comment le rencontrer ?
La société de consommation biaise les relations amoureuses, et la manière dont on rentre en relation amoureuse. Aussi, j’insiste, mais le travail sur soi est essentiel pour répondre à ces questions  : qui je suis, qu’est ce que je veux, qu’est ce qui me correspond ?
Si je ne connais pas ce qui m’a blessé, si je ne suis pas guérie, je ne sais pas ce que je veux, et donc, mes relations à venir, ne seront pas en adéquation avec ma véritable nature. Ainsi, des choix immatures, compensatoires, névrotiques sont effectués…Il est important de pouvoir reconnaître la personne qui va  correspondre, même si au cours de la relation amoureuse, des réajustements s’effectuent. Le couple est une co-création continuelle avec le partenaire.

Cependant, certaines personnes peuvent avoir peur de faire un travail sur elles-mêmes ?
Oui ! Et elles passent à côté de quelque chose de super ! Nous sommes en perpétuel devenir, et sortir des schémas répétitifs du passé donnent une chance. Les gens ont la croyance que  le travail sur soi ouvre une porte sur quelque chose de très noire, ils ont une vision d’eux très négatives parce qu’ils ne s’aiment pas. Hors, un travail sur soi c’est découvrir des trésors qui vont faciliter la vie, et  éviter de se faire du mal. C’est s’autoriser à devenir notre meilleur allié .

Quels sont les signes qui montrent que nous l’avons trouvé ?
Si dès le départ, la relation s’avère compliquée, ce n’est pas bon. Le grand amour est simple,  fluide. Avec la personne  tout est clair, limpide, transparent.
Et puis, entrent en jeux les précédentes expériences. Ce sont elles qui indiquent quant au ressenti. Le grand amour génère un ressenti différent.
Attention, ce n’est pas tout de suite que nous savons si c’est le grand amour, mais en découvrant la personne au fur et à mesure, en vivant la relation, sa complicité…Entendons nous,  cela ne supprime pas quelques accrochages, mais dans le grand amour les partenaires dépassent les difficultés, co-créent, fondent, établissent une relation épanouissante et pérenne.

Peut-il y avoir plusieurs grands Amours dans une vie ?
J’en suis convaincue. Le meilleur est toujours à venir. Nous avons appris des relations précédentes, nous nous bonifions. Les personnes que nous rencontrons sont alors en résonance avec ce que nous sommes devenues.

Quels conseils donneriez-vous aux internautes pour rencontrer l’âme sœur ?
Déjà se trouver soi-même ! Établir un bilan quant à ce que l’on veut, quel type de personne nous avons envie de rencontrer. Ensuite, lorsque ces personnes entrent en relation, s’interroger quant à cette dernière : est-ce que je suis avec mon partenaire pour les bonnes raisons, où est-ce pour compenser des blessures passées, lesquelles…Et puis pourquoi ce choix d’homme ou de femme ? Ainsi, nous pouvons savoir si la relation est basée sur un choix névrotique ou , si elle présage d’une solide base.”

Geraldyne Prevot-Gigant est psychopraticienne  et conférencière.  Elle est également l’auteure  de « Le grand amour : se préparer à la rencontre » Ed. O. Jacob.

00 33 (0) 6 18 17 14 49

 

Share Button

Lydie Taïeb dans le journal du yoga

Share Button

020_clownessence_prune_estelleoffroyphotobdef

Lydie Taïeb   a fondé il y a 8 ans la compagnie clownessence. Le journal du yoga parle du clown, entre technique du lâcher-prise et psychologue junguienne. Enfoui en chacun de nous, il n’est pas autre chose que notre puissance de vie, permettant en toute situation de garder humour et énergie. Aussi habile que maladroit, la figure du clown appartient aux grands archétypes de la culture occidentale. Lydie le décrit comme le magicien capable  de fondre et d’épouser l’instant présent de la manière la plus jouissive possible, sans contourner ni les difficultés, ni les obstacles.

Ci-dessous l’article dans son entier:

journalduyogaarticle

Share Button

Indiscrétion : un thérapeute parisien « soigne » les stars ?

Share Button

Isabelle Adjani, directrice en chef d’un numéro de Gala, confie ses bonnes adresses. Son joker : la « néo acupuncture » de François Lovisi. Visiblement la star est une aficionada de son cabinet.

francois_o

Share Button

Apprenez à vous connaître pour connaître l’amour

Share Button

Un article de  Prévot Gigant Géraldyne paru dans le Magazine Energie

image1

 

image2

Share Button

Nathalie Vieyra interviewée dans le blog du Développement personnel

Share Button

nat_10154173609288426_5540248894059056375_nA l’occasion de la sortie de son livre « Lâchez prise, promenades au pays de la conscience »,Nathalie Vieyra a répondu aux questions de Thierry Redon du blog du développement personnel.

Qui n’a pas cherché ses mots pour expliquer une sensation énergétique, un état modifié de conscience ? Nathalie Vieyra, masseuse tantrique et thérapeute psycho corporel a toujours ressenti et essayé de partager son vécu sensoriel et extra sensoriel. Elle souhaitait trouver un moyen artistique visuel pour montrer cette notion de globalité corporelle, les flux énergétiques qui nous parcourent et nous relient les uns aux autres et l’univers, la conscience. Son livre est une invitation au voyage à travers le corps, dans les émotions et l’énergie.Les photos inspirées de Flore-aël Surun suggèrent les mouvements énergétiques et les états de conscience. Elles illustrent l’expérience personnelle et l’univers professionnel de Nathalie, à travers le massage tantrique, DreamWater bercements en eau chaude, Le Wutao Art énergétique corporel. Différentes personnes s’y confient et leurs témoignages montrent la diversité dans l’expérience du lâcher-prise.

“>Retrouvez la vidéo

Share Button

Fabienne Deville sur Radio Médecine douce

Share Button

fabienneC’était la journée de la Fibromyalgie le 12 mai : cette pathologie touche aujourd’hui plus de 3 millions de personnes en France. A cette occasion, Fabienne Deville a été interviewée  par radio Médecine douce, en tant que sophrologue spécialisée dans ce syndrome, et également en tant que personne ayant déjà été victime de ces douleurs chroniques.

 L’émission sur radio médecine à l’écoute

 

Share Button

La presse en parle: le feng-shui par Martine Annabelle

Share Button

ça m’intéresse ! Hors série Numéro 3 le guide des spiritualités et du bien-être.

La version pdf ici

INTERVIEW ARTICLE P103INTERVIEW ARTICLE P102

Share Button

Mathilde Forget interviewée par radio médecine douce” Trouver son job idéal”.

Share Button

mathildePour écouter l’émission, cliquez sur le lecteur.

Bonne écoute

Share Button

Et le souffle devient cygne : Ananda Ceballos dans le journal du yoga

Share Button

La respiration est semblable au temps qui s’écoule, célébration de ce qui se disperse irréversiblement. L’observation et la maîtrise du souffle (pranayama) ont fait l’ « objet d’un traitement minutieux dans nombre de textes de yoga. Selon certaines, l’air sort du corps en faisant « ham », et y pénètre en faisant « ça ». Ainsi, en respirant, l’être humain prononcerait inconsciemment et inlassablement le son « hamsa »

ananda_n

 

Share Button

La Crise du Milieu de Vie par Julie Pescheur, psychanalyste jungienne

Share Button

julieJulie Pescheur, psychanalyste, analyste de rêve, art-thérapeute, musicothérapeute, évoque la crise de la quarantaine dans l’émission “intime” de Joséphine Dard. Pour Jung, c’est la Crise du Milieu de Vie (CMV). Il a comparé notre vie à la trajectoire du soleil. Notre vie est au zénith mais nous commençons à décliner.L’homme et la femme perçoivent cette crise différemment. Et savez-vous que le mot crise veut dire “faire le tri” ?

Pour en savoir plus

Share Button